Accueil > Du côté de Questembert > Communauté de Communes > Le préfet rencontre les élus communautaires

Le préfet rencontre les élus communautaires

Le préfet du Morbihan était à Questembert mardi 17 janvier pour rencontrer les élus du bureau communautaire et discuter avec eux des projets de la Communauté.

Projet de siège communautaire : nécessaire et urgent

Accueilli par le président devant la maison qui rassemble les services administratifs de la communauté, il a immédiatement compris la nécessité de construire un nouveau siège : les conditions du travail des salariés et d’accueil du public sont déplorables, bien loin des exigences d’accessibilité qui s’imposent aujourd’hui. Le dossier de demande de subvention auprès des services de l’Etat va être examiné de près : le projet a été conçu pour répondre aux exigences du développement durable aussi bien pour les procédés constructifs (essentiellement du bois) que pour la gestion de l’énergie (isolation maximum, ouverture à la lumière naturelle) et pour la gestion de l’eau (récupération des eaux de pluie). De plus une attention a été portée sur les coûts de maintenance.

Les facettes du projet de territoire

Monique Danion, vice-présidente en charge de l’aménagement du territoire, a présenté la démarche concertée d’élaboration du projet de territoire. Puis chaque vice-président a parlé du domaine dont il a la charge : enfance-jeunesse, gérontologie, culture, déchets, voirie, économie, etc. Ainsi, dans chaque commune, les habitants auront accès à des
services équivalents. Quant à l’action économique, elle doit permettre de développer la richesse globale de la communauté et apporter les ressources nécessaires pour répondre aux attentes des populations.

Innovation, mutualisation

Les deux ressources principales de la Communauté sont la dotation de l’Etat (gelée !) et la fiscalité (entreprises et ménages). Malgré la dynamique locale qui permet d’espérer une croissance raisonnable des produits fiscaux, il faut faire preuve d’imagination et innover. Innovation lorsque la communauté se lance dans la redevance incitative, lorsqu’elle veut être partenaire d’une SEM (société d’économie mixte) pour la construction d’éoliennes. La communauté explore aussi les possibilités de la mutualisation, comme on le commence pour les médiathèques. Mais il y a d’autres exemple : l’ingénieur de la ville de Questembert, qui est architecte de formation, apporte son appui aux projets communautaires ; demain, la communauté pourrait recruter un technicien voirie qui préparerait les chantiers pour les communes ou faire profiter de la compétence de sa spécialiste en marchés publics.

Le préfet sur le terrain

Après la présentation générale, le préfet s’est rendu sur le site retenu pour le nouveau siège communautaire : « Une friche industrielle qui a besoin de réhabilitation, c’est un bon exemple de la maîtrise du foncier ». Puis, il a vu les terrains susceptibles d’accueillir un projet logistique lié à la voie ferrée, sans qu’on parle de ferroutage qui se fait à une toute autre échelle (voir Delta 3 à Lille). Au pied des tours de Guyomarc’h/Nutréa, il a évoqué le « plan de revitalisation » qui favorise la création d’emplois en remplacement de ceux qui ont été perdus. Les entreprises susceptibles de bénéficier d’un appui peuvent contacter le service économique de la Communauté.

La matinée s’est achevée avec la visite de l’entreprise CEPA nouvellement installée sur la zone de Kervault. Le déménagement de l’ancien site à la Croix-Gall n’est pas achevé mais l’entreprise dispose désormais d’un bâtiment ultramoderne qui va lui permettre de se développer. Le chef d’entreprise, Jean-Yves Braguier, a retracé l’histoire de la CEPA installée à Questembert depuis une trentaine d’années dans les locaux d’une ancienne menuiserie. Ses principaux clients sont des industriels de tous les secteurs : médical et pharmaceutique, tertiaire, transport, télécom, automobile, aéronautique, défense militaire, ferroviaire, marine. Les clients sont de plus en plus exigeants sur la qualité et il était nécessaire pour l’avenir d’investir dans un nouvel atelier plus vaste et plus fonctionnel. La Communauté lui a cédé un terrain de 9000 m² dans l’extension de la zone de Kervault Est sur lequel il a construit un bâtiment de 3000 m². La qualité de la réalisation a déjà des effets commerciaux : un gros donneur d’ordre vient de confirmer une commande importante qui pourrait obliger l’industriel à agrandir son atelier !

Publié le lundi 23 janvier 2012.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Agenda